Reflexions couturesques # 1 :Monétiser ses talents?

argent

 

Quand on coud, on a souvent la chance de recevoir des compliments de la part de ceux qui ne cousent pas. C’est vrai qu’une robe sur mesure, un doudou unique, un top original, c’est souvent quelque chose d’apprécié dans notre monde dominé par les produits manufacturés.

De fait, à l’instar du bricolage, de la cuisine ou du jardinage, la couture n’est pas un simple passe temps. A terme, elle peut devenir une véritable compétence voire, pour les plus doués, un véritable talent.

Or, en temps de crise ou, tout simplement, pour financer le coût des projets « couture », je me suis déjà demandée si c’était une bonne idée de « monétiser » cette compétence.  En effet, quand je vois les créations de certaines sur thread&needles, j’ai personnellement envie de les acheter … voire, des fois, j’aimerais faire appel à elles pour qu’elles me créent quelque chose spécialement pour moi….

Alors certes, il y a les swap, les échanges d’apprentissage mais pourquoi pas « acheter » cette prestation? Est ce tabou? N’y a t il que les couturières de formation qui peuvent vendre cette compétence?

Après tout, il y a les petites annonces sur jemepropose.com qui propose, entre autre chose, des services de couture. Alors pourquoi pas?

Pour ce qui me concerne, je n’ai ni le temps ni l’envie ni encore le besoin ( ni encore vraiment les compétences, d’ailleurs!) de transformer ce loisir en complément de revenu. Par ailleurs, même si c’était le cas, je garde en tête la question de la légitimité de l’amateur fasse au professionnel… Mais après tout qui a dit qu’un amateur ne peut pas faire mieux qu’un vrai pro ( jurisprudence Masterchef et Top chef!)?!

A votre avis, est ce une bonne chose qu’un loisir devienne source de revenus? Avez vous déjà été tentée par cette possibilité?

 

 

12 comments

  1. moun

    Je pense que pas mal de couturière ce sont déjà posés la question ! Personnellement je ne me verrais absolument pas en faire un métier, ça reste un loisir et un moyen de m’évader avant tout. Et puis il faut je pense faire face à un marché très concurrentiel, il faut avoir des finitions parfaites, des modèles patronnés par ces soins (c’est interdit de revendre un modèle créé d’après un patron du commerce) et surtout trouver sa clientèle ! Bref tout l’aspect buisness qui ne m’attire absolument pas. Sans parler que coudre huit par jour pour les autres ce n’est pas pareil que se faire une petite robe le week-end 🙂

  2. Suzette

    Très intéressant ton article !
    Je ne couds pas, mais je tricote depuis quelques temps. Je suis loin d’être une pro, mais j’ai quelques personnes m’ayant déjà dit « mais pourquoi tu les vends pas » ? Tout simplement parce que je tricote pour mon plaisir. Et, l’attente n’est pas la même si on paye. Par là, je veux dire que si j’offre une écharpe à une amie elle va forcément l’aimer, même avec ses défauts. Par contre si elle m’a payé (+ que le dédommagement de la laine), j’aurais plus de « pression ». Je ne sais pas si je suis claire dans mon message 🙂
    Après c’est certain que des amateurs très avancés peuvent être tout aussi compétents (voir plus) que certain pros. Par exemple, ma maman refait des fauteuils de manière amateur depuis plusieurs années. Aujourd’hui, ça lui permet de mettre du beurre dans les épinards !

  3. mylittlenath

    Très intéressant, sans redire ce qui a été écrit je couds par envie, par plaisir et pour faire plaisir! Vendre et monter mon entreprise je ne pense pas mais vendre occasionnellement parce qu’on m’a demandé un sac ou un accessoire je ne dit pas non et je l’ai déjà fait…mais cela reste occasionnel car cela me prend du temps cela me met un peu la pression et puis très sincèrement c’est plus un cadeau qu’une vente vu le prix que je fais – donc pour moi je suis une amatrice qui adore coudre pour son plaisir et faire plaisir aux autres!

  4. P'tites cousettes

    Je découvre ton super blog avec beaucoup de plaisir grâce au petit mot sympathique que tu as laissé sur le miens (tuto de bulette et brochet).Ton article est super intéressant et m’a interpellée.
    Perso, je couds depuis 8 mois (me suis découvert cette passion un peu après la naissance de ma fille)…donc je ne suis de loin pas une pro. J’ai créé (c’est-à-dire imaginé, dessiné, patronné et cousu) quelques doudous (dont Bulette et Brochet) pour mes enfants et, depuis, j’ai eu pas mal de questions du style « Est-ce qu’on peut acheter tes doudous? » ou « Mais pourquoi tu ne les vends pas? », etc.
    C’est vrai que toutes ces compliments et demandes m’ont au départ amenés à me poser la question « Est-ce que je me lance dans le commerce de mes doudous? » Mais après mûre réflexion, voici la conclusion à laquelle j’en suis venue:

    Premièrement, je suis maman de 2 jeunes enfants (1 an et 3 ans) et travaille à 50% (sur 4 jours). Alors oui, j’ai le temps de coudre, mais ce n’est pas de manière régulière (parfois je couds 3 soirs/semaines et parfois, il peut se passer 1 mois sans que je touche à ma MAC). Deuxièmement, la couture est une passion qui me procure du plaisir, de la détente et de la satisfaction (créer quelque chose de mes mains)…et je souhaite VRAIMENT que cela continue ainsi. Du coup, j’ai peur qu’en me lançant dans le tourbillon des commandes, je ne perde rapidement ce plaisir que j’ai à coudre. Car coudre au gré de ses envies pour soi (ou pour nos proches et amis), ce n’est pas du tout la même chose que coudre pour des personnes qui ont passer commande (donc, on aurait pas forcément eu envie de coudre ce qu’on coud à ce moment), avec des délais…rien que d’y penser, ça me met tout de suite la pression. Trop peur d’être dépasser par tout ça, de perdre le plaisir que j’ai à coudre.
    Et finalement, même si je ne travail qu’à 50%, mon salaire, on en a besoin pour tourner (du moins, pour le moment). Donc me lancer dans la commercialisation de mes créations maintenant serait vraiment trop risqué.

    Maintenant, je ne dis pas que je ne me lancerai jamais. Mais pour le moment, je préfère que la couture reste une passion-loisir.

  5. thalie

    dingue, cette question est vraiment d’actualité, je reçois des demandes et suis très mal à l’aise pour y répondre…
    bien vu ton article, je découvre ton blog et j’aime bcp, bonne soirée, thalie

  6. Sandia

    En fait, c’est assez marrant de réaliser que beaucoup d’entre nous se posent la même question !
    Je pense qu’il n’y a pas de réponse toute faite, tout dépend de la situation de chacune. Evidemment pour nous, je veux dire par là les femmes, la question des enfants est très importante. Quand ils sont en bas âge, ils demandent beaucoup d’attention mais à l’adolescence cela change…
    Reste la question financière, car avant de pouvoir en vivre il y a du chemin à parcourir.
    Pour ma part, devant les encouragements et demandes de mon entourage, je me dit « pourquoi pas essayer » en gardant son boulot au début puis on verra bien, si ce n’est pas gérable on arrête ! »

  7. Melle Alouette

    Hello,
    Je me suis déjà posé la question… Bon alors moi je suis archi débutante en couture mais je me débrouille assez bien en tricot.. et à mon grand étonnement j’ai été contactée à plusieurs reprises suite à des mitaines que j’avais tricoté pour mes amies pour Noel. Apparemment elles ont plu et on m’a demandé si j’en vendais… Alors bon évidemment j’ai été flattée mais je me suis demandée vu le temps que la confection m’avait pris, combien il faudrait les vendre pour que ce soit rentable… Grande question ! Je pense que même si on est pas pro, l’important c’est l’intérêt que porte le particulier à ton travail… et s’il aime ce que tu fais pourquoi ne pas le vendre à l’occasion, à la commande… Mais de là à travailler à la chaîne… je ne sais pas… A moins de ne pas bosser à côté pour avoir le temps… et encore dans ce cas peut-on vraiment en vivre… ?

    • sugarjunkie

      Ca me fait bien plaisir de lire vos réactions sur cette problématique!
      Ce qui me semble ressortir c’est la crainte de perdre en « plaisir » en professionnalisant sa pratique et surtout l’organisation que cela suppose si on veut pouvoir en faire un petit revenu….
      En tous cas, j’ai visité vos blogs … et les filles vous avez du talent!

  8. Marmotta

    Article très intéressant et qui me concerne ! Je suis passée de l’autre côté de la barrière (ou enfin presque) et je vais vous donnez mon avis.
    Des circonstances de la vie (bébés puis mutation professionnelle de mon mari plus subie que choisie dans son pays d’origine l’Italie) me m’ont pas permis de continuer ma carrière professionnelle (technicienne chimiste).
    Je couds depuis plus de 30 ans pour moi et depuis une dizaine d’années pour les autres. Je suis dans une situation un peu bancale. Travail non déclaré mais toléré, ici pas de structure légère style auto-entrepreneur, et se mettre à son compte est hors de prix, ce que je gagne ne suffirait pas.
    Pour démystifier toutes celles qui fantasment, l’essentiel du travail est de la retouche, raccoucir, rallonger, élargir, rétrécir, changer les fermetures éclair, rapiécer les jeans (oui vous avez bien lu c’est de plus en plus demandé c’est la crise !). Heureusement de temps en temps je couds des vêtements de A à Z souvent pour des cérémonies (on aime bien être très « habillé » en Italie) cela demande beaucoup de temps mais apporte bien plus de satisfactions que la retouche qui est de l »‘alimentaire ».
    Il faut aussi tenir les délais et s’organiser, parfois il m’arrive de travailler le soir ….. J’aime ce que je fais mais parfois j’en ai marre et j’ai besoin de moments sans coudre, je sature. La blogo couture m’a permis de m’ouvrir un peu et les différents défis de coudre pour moi (et ma fille) par paradoxalement j’en arrive à avoir peu de temps pour coudre pour moi !
    Voilà c’est un avis, libre à vous d’en penser ce que vous voulez !
    Joli blog je reviendrai !

    • sugarjunkie

      Je te remercie grandement de ton témoignage! C’ est rare d’avoir l’avis d’une « pro ». Effectivement, il doit y avoir une grande marge entre le quotidien fantasmé d’une petite entreprise de couture et la réalité. En tout cas, félicitations pour avoir franchi le pas et puis… l’Italie…je t’envie…J’aime beaucoup ce pays…

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>