C’est la Wak

Je suis un peu fâchée avec le tricot. La faute à ce mufle qui refuse de laisser exprimer mon talent. Mon « génie » n’a jamais pu s’exprimer avec des aiguilles et un bout de laine.

Mais, comme je suis une bonne (et modeste) fille, j’ai décidé de lui laisser une nouvelle chance. Attirée par les sirènes du marketing (des aiguilles en bois, un sachet en kraft et une laine péruvienne 100% laine)  et une promesse de facilité, j’ai dégainé ma CB (59 euros après réduction tout de même) et acheté le kit « chewing gum sweater » de We are knitters (WAK pour les intimes).

Bilan des courses, j’ai réussi à tricoter un pull! Wouhou!!!!!!!!!!!!!!!!!! Je suis joie et allégresse! Et je peux même le porter sans trop de honte! Wouhouwouhou!!!!

tricot wak

pull wak

 

wak

wak

Le modèle n’est certes pas d’une originalité folle mais pour une ultra débutante comme moi, c’est parfait et surtout très simple (vive le point mousse!). La laine est vraiment très belle et super agréable à tricoter… Pour autant, je dois dire que je suis déçue par les indications du patron. Je ne sais pas si c’est la norme pour les patrons de tricot, mais je suis étonnée par le fait qu’il y n’ait qu’un seul nombre de mailles à monter et que l’on ne sache pas à quelle taille ce nombre de mailles correspond. Du coup, mon pull est moins large que sur le modèle et plus court.

Je veux bien convenir que c’est à la tricoteuse de procéder aux adaptations en fonction de sa stature mais, comme c’est un kit de débutant, j’aurais aimé avoir de plus amples indications et ce d’autant plus que, ne disposant que de 4 bobines de laines dans le kit ( qui m’ont suffi, je vous rassure!), on ne sait pas de quelle marge de manœuvre on dispose pour agrandir/allonger.

Malgré tout, je ne regrette pas mon achat qui me réconcilie (un peu) avec M. Tricot et même si  ma réalisation est loin d’être parfaite, elle me donne envie de persévérer… et peut être de devenir une vraie tricoteuse!

Falbala

Colchique dans les près, fleurisse, fleurisse…. Les oiseaux cuicuitent, le soleil brille…. Y’ a du printemps dans l’air et …. sur ma robe!

J’ai craqué pour cette jolie viscose dénommée « falbala » et trouvée chez cousette pendant les soldes d’hiver. D’habitude, ce sont les patrons qui conditionnent mon choix de tissu. Là, ce fut l’inverse. Je voulais une robe ample, façon grande blouse…J’ai donc utilisé le patron burdastyle qui m’avait servi pour ma robe de plage…. mais en utilisant les manches du patron working robe de vanessa pouzet…. et tadaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaammmm:

robe falbala

IMG_8552

 

IMG_8596

Mis à part le fait que je couds aussi vite qu’un escargot se déplaçant vers sa feuille de salade , je n’ai pas rencontré de difficultés dans la réalisation de la robe. Super simple à faire, agréable à porter ( même après un bon repas!), je l’adore!

J’assume son décolleté (ou presque … j’ai un débardeur dessous mais qui la fâcheuse tendance de glisser…. hum) et je n’ai pas mis les agrafes.  Il est vrai que je l’ai un peu trop raccourcie, mais bon, comme on dit chez moi:  » Si, lorsque tu lèves les bras, on ne voit pas ta culotte, c’est que ta robe n’est pas trop courte ».

IMG_8584

 

Sur cette « pensée cagolesque » (fais péter l’oxymore!!!!), je vous laisse méditer …. j’ai un pull à (finir de) tricoter et j’espère le porter avant le 15 aout!

 

Opération recyclage: ma petite veste de pirate

J’ai un problème avec les chutes de tissus: je les garde. Mon subconscient a-t-il entamé une collection à  » l’insu de mon plein gré » ? Toujours est-il que tout bout de tissu de plus de 20 cm x10 cm finit dans mon coffre à tissus… et il déborde le coffre!

Du coup, animée de mes bonnes résolutions 2015, j’ai décidé de me lancer dans une opération « recyclage de chutes ». Le premier  à subir bénéficier de mon déstockage est logiquement …mon fils! Je lui ai donc « vendu » l’idée de lui faire une veste de pirate – bicolore – avec mes chutes de simili cuir (déjà utilisées ici, ici et ici notamment).

J’ai utilisé le très simple patron (gratuit) de veston de petit citron et je l’ai « customisé » avec des clous et des poches :

veste pirate

veste pirate

veste côté

J’ai ajouté une tête de mort dans le dos (pour me faciliter la tâche, j’ai d’abord collé les morceaux de simili puis cousu à la main les différents éléments de ma tête de mort ) :

dos pirate

dos pirate

et enfin j’ai ajouté une doublure ( une cotonnade achetée pour l’occasion… mea culpa… mais elle était trop mignonne !!!):

doublure pirate

veste doublure pirate

Un chapeau, un cache-oeil, une épée, mon petit pirate est prêt pour faire carnaval!

Mais qui sera le prochain a bénéficier de mon élan « créatif » ? Mes bonnes résolutions passeront-elles le mois de mars?

Je vous laisse sur ce suspens insoutenable.

Marthe aime les ananas

Hello les couturières! Je reviens avec une petite couture toute simple: la fameuse blouse Marthe. J’ai utilisé le tissu kaki « a nana’s fabric » d’Aime comme marie déniché chez Cousette.

blouse marthe

blouse marthe rdc

marthe dos

Elle me semblait assez loin de mon style habituel. De fait, j’ai mis longtemps à me décider à coudre ce modèle… et puis, j’ai vu pulluler cette blouse (et ce tissu) dans la blogosphère…et j’ai donc logiquement fini par me dire qu’il me la fallait absolument ( je suis gémeau ascendant mouton). Finalement, elle est très facile à réaliser, sympa à porter et se marie bien avec le reste de ma garde robe… Comme quoi,  miser sur une valeur sûre le suivisme a parfois du bon!

 

marthe rdc

marthe rdc

En « cadeau bonus », si vous vous demandez pourquoi j’ai des difficultés à prendre des photos de mes petites coutures:

gifphotobomb

 

 

Shine bright like a Viviane

Hello les poulettes! Y a encore quelqu’un qui vient lire mes posts par ici?

…. because I’m back! Je n’ai pas eu trop le temps de coudre ces derniers temps car j’ai des projets qui mobilisent pas mal mon temps libre.

Pour en revenir à la couture, il y a déjà quelque temps que j’ai eu un vrai coup de cœur pour le patron « Viviane » de RDC; mais  j’étais un peu sceptique sur la combinaison de tissus que j’avais choisie: un crêpe crème et un lamé mordoré. N’étant pas chanteuse de R&B ou princesse égyptienne, j’avais un peu peur de l’effet « plastron doré » et j’ai donc hésité à mettre en route ce projet.

Et puis, en fait, pas du tout, j’adore et j’assume:

Viviane RDC

PicMonkey Collage

Sinon, un petit avertissement pour toutes celles qui, comme moi, tiennent plus de la nageuse que de la nymphette… Il faut absolument allonger la ligne d’épaule car si, lors de la couture, j’ai pu rectifier le dos qui baille ( ligne d’épaule trop basse), je n’ai pas pu corriger la largeur des épaules ( c’était trop tard, il faut le faire à la coupe) …. et résultat, à l’essayage, ça sert au niveau des épaules et visuellement les manches commencent trop haut à mon goût!

Bon, je l’aime quand même ma Viviane « dorée »!

 

 

 

Jungle Do Brazil

Comme je n’ai pas la chance de pouvoir déambuler négligemment le long de la plage de Copacabana dans une mini robe acidulée (la vie est injuste!), j’ai décidé de mettre un peu de « brazil » dans ma rentrée en craquant sur le patron Do brazil de Vanessa Pouzet et d’y ajouter un peu de graoooooouu (c’est mon côté sauvage, vous n’avez pas vu ma nouvelle coupe de cheveux??!!) avec la viscose « jungle » dénichée chez Anna Ka Bazaar.

robe do brazil

robe do brazil

IMG_20140830_104619

Comme je compte bien mettre cette robe été/automne/hiver/printemps et pas seulement pour trainer au parc en slippers  chaussons, j’ai adapté le patron:

  • j’ai un peu rallongé la robe (conformément aux consignes de la créatrice) pour qu’elle soit mettable au quotidien,
  • j’ai ajouté des manches (un peu trop serrées… on va dire que c’est parce que j’ai trop de muscles et pas parce que j’étais un peu juste niveau tissu…),
  • j’ai mis une doublure ( pourquoi les tissus ont-ils, pour la plupart, la fâcheuse tendance d’être plus ou moins transparent?)

J’adore ce modèle, je trouve que la robe est super confortable, facile à faire… et même si je suis assez carrée au niveau des épaules, j’ose quand même décolleté dans le dos!

Belle rentrée à vous!

Mon chemisier Berthe

J’ai envie de courir dans l’herbe telle Laura Ingalls, les oiseaux chantent à ma fenêtre, le ciel est bleu, les nuages font des cœurs, la nature est mon amie, la nature m’aime!

Et pourquoi donc, ma bonne dame? Parce que j’ai réalisée une chouette chemise en recyclant mes (grandes) chutes de tissu ( celui utilisée pour la robe Éléonore)! Elle est pas belle la vie?

IMG_7163

chemise un été couture

chemisier berthe

Berthe de dos

C’est une bonne surprise ce chemisier car honnêtement, c’était plus un projet « test » qu’un projet muri. Comme quoi, c’est souvent quand on ne se prend pas trop la tête en fantasmant son projet, que l’on est le plus satisfait du résultat! Du coup, je la porte tout le temps!

Sinon, j’ai utilisé le patron « Berthe » du livre un  » Un été couture « . J’ai fait quelques modifications:

  • j’ai allongé le devant ( au risque de faire ma vieille rabat joie…. je n’aime pas trop l’asymétrie …et puis, je n’ai plus l’âge ( ni les abdos) pour me balader le nombril à l’air…);
  • j’ai utilisé des pressions kam au lieu de boutons;
  • j’ai utilisé un biais bleu marine pour l’ourlet du bas et les emmanchures.

Bilan de ma création ultra positif: ce chemisier ne m’a rien coûté + j’ai recyclé mes chutes+ je l’adore!

Trop cool le recyclage!

gif chemise

 

La jupe 11h30

A l’origine, je voulais une jupe midi ( traduction pour les « non modasses »: une longueur mi mollet) parce que j’avais craqué sur les silhouettes gracieuses de jeunes sylphides portant ce type de jupe:

jupe-midi1

Oubliant que je ne faisais pas 1m80 pour 45 kg, je me voyais déambuler négligemment sur mes talons de 12 cm en arborant mon petit air de bobo de province Provence …  et  la réalité m’a rattrapée…

Bien qu’ayant trouvé un patron simplissime de jupe midi dans l’ouvrage « un été couture » ( la jupe Adrienne), j’ai encore choisi mon tissu en dépit du bon sens. Au lieu d’un tissu fluide type viscose (vivement conseillé dans l’ouvrage de surcroît), j’ai jeté mon dévolu sur une bonne vieille cotonnade pas fluide pour un sous ( et qui se chiffonne facilement en plus!)! Ben oui, suivre les conseils des auteurs des patrons et de couturières chevronnées, c’est tellement 2013… Soyons folles, faisons ce qui nous chante n’importe quoi.

Forcément au premier essayage, je ressemblais plus à un bon gros ballon vieux rose qu’à une des grâces susmentionnées, j’ai donc dû m’adapter à la dure réalité (du tissu et de ma morphologie) :

– j’ai taillé sec dans la largeur du tissu pour éviter l’effet trop « ballon » lié au choix d’un tissu manquant de fluidité;

– j’ai raccourci pour arriver à une longueur sous le genoux ( donc plus vraiment midi mais  d’où 11h30… Ha ha! Qu’est ce qu’on se marre…);

Et tadaaaaaammmmm:

 

jupe adrienne

jupe RDC

jupe adrienne

 

Ah sinon, j’ai aussi pas mal galérer avec la boutonnière automatique de ma nouvelle machine…. car je n’arrive pas à la faire démarrer à l’endroit voulu… J’ai l’impression que cette MAC a son libre arbitre et décide de l’endroit où elle daigne commencer mes boutonnières. Pour la contrôle freak que je suis, la boutonnière automatique  c’est pas cool du tout! Bref, je suis une vieille grincheuse qui préfèrerait sa MAC toute simple… ( mais je suis preneuse d’un bon tuto sur les boutonnières automatiques avec une Singer).

Bel été à vous!

 

 

 

DIY#7: Faire du produit à bulles

gif prodiit à bulles

A celui qui n’a jamais eu à devoir occuper un enfant de 4 ans survitaminé mais coincé en fauteuil roulant ( ndlr: fracture tibia/perronet! Youpi!), tu ne sais pas quel trésor d’imagination tu dois déployer pour occuper les journées d’un petit poulet à 2 roues!

Après avoir fabriqué un jeux de bowling composé de rouleaux de sopalin customisés et d’une balle de tennis, des maracas avec des pots en verre et des grains de riz ( L’éclate!), j’ai joué l’apprenti chimiste pour fabriquer du produit à bulles!

Mais pourquoi fabriquer du produit à bulles alors qu’on peut, tranquilou, l’acheter en magasin ?

Si tu te poses cette question, c’est que tu n’as pas d’enfant…  car les parents savent!  Ils savent que la durée de vie d’un produit à bulles dans les mains d’un enfant de 4 ans est d’environ 2 minutes 30 ! Oui l’enfant de 4 ans ( le mien en tout cas) est atteint du syndrome dit de « faispasgaffemaisjaipasfaitexprès » qui le fait systématiquement renversé le dit produit ( ou tout autre chose salissante/fragile) malgré moult mise en garde! Donc tu te retrouves vite avec plein de tubes pour faire des bulles mais sans le susmentionné produit!

D’où l’impérieuse nécessité de pouvoir concocter du produit à bulles, vite fait, avec ce que tu as dans les placards.

MA PETITE RECETTE DE PRODUIT A BULLES

J’ai testé différentes recettes, voici la mienne pour un petit tube de 70 ml ( ps: je mets les ingrédients directement dans le tube):

– 2 cuillères à café de sucre

– 3 cuillères à café de liquide vaisselle

– le reste d’eau

… et on touille légèrement! Oui, car il ne faut pas trop que ça mousse… sinon ça marche moins bien!

Bien sûr, c’est moins efficace que le vrai produit à bulles mais ça marche plutôt bien… et ça amuse les loulous pour au moins 30 minutes!

Amusez vous bien!

 

 

Eléonore ou la persévérance

robe chinoise

Non, je n’avais pas disparu dans un trou spatio-temporel, j’ai juste voulu me faire désirer. Ça marche? Non?

Bon, je vous passe les péripéties de ma vie personnelle ( vol d’appareil photos et fracture du tibia de ma petite terreur); et on revient à nos moutons couturesques ainsi qu’au titre de cet article qui sonne presque comme un titre de roman de Jean Jacques Rousseau ( rien de moins! Au diable, la modestie!). D’ailleurs, ça tombe bien, je crois que je suis en train de devenir philosophe ou, tout du moins, de m’amender. La thérapie comportementale par la couture, quoi!

Parce qu’il faut que je vous dise que je ne brille pas forcément par ma patience ou par mon calme. La moutarde me monte vite au nez quand je me rend compte que la petite couture dont j’avais rêvée ne se matérialise pas comme espérée. Je n’aime pas trop quand ma réalisation ne rejoint pas le projet tel qu’il était imaginé.

En voyant le patron de la robe Eléonore du livre Un été couture et en trouvant un beau tissu viscose ainsi que de jolis boutons rouges,  j’ai grave fantasmé sur ce projet de robe que je trouvais parfait pour le printemps. Du coup, quand au premier essayage, ladite robe ne m’allait pas du tout, je l’ai vraiment eu mauvaise ( oui je sais, c’est de ma faute… j’avais qu’à faire une toile toussa, toussa …mais les toiles, ça me gonfle, je vous l’ai dit, je ne suis pas patiente!). Franchement, j’ai voulu jeter la robe et même arrêter la couture ( oui je suis parfois un peu mélodramatique!).

Et puis, en prenant du recul, je me suis dit que c’était ça la couture aussi. Faut s’adapter, tirer le meilleur parti de la situation. Du coup, j’ai fait la position du lotus, respiré un grand coup et… j’ai  bravement défait les coutures, pris mes ciseaux et, surtout, je me suis fait confiance en faisant les modifications « au feeling »… et vous savez quoi, le résultat me plait:

robe eleonore

robe éléonore

éléonore

éléonore dos