Les 8 points de couture indispensables à connaître

Mis à jour : le 03 avril 2022 par Sara

Des rubans aux bobines de fil, en passant par l’aiguille au tricot, la couture représente une activité qui nécessite un équipement important et une créativité hors pair. Les techniques de couture évoluent au fil des temps, et il est important de connaitre les 8 points de couture indispensables pour maitriser cette activité. Découvrez ici l’essentiel à savoir au sujet de ces points de couture. 

Le point de surfil

Le point de surfil est avant tout utilisé en couture pour coudre les bords des tissus. Le but est d’éviter que les bordures ne s’effilochent pas durant le travail. Vous pouvez l’utiliser sur la bordure des boutonnières. Le point de surfilage est pratiqué en fin ou en début de ligne dans le but de ne pas découdre l’ouvrage.

Le point chausson

Il s’agit d’un point courant dans le domaine de la broderie. Le point chausson sert à coudre les textiles élastiques (ou épais) ou à assembler des tissus. C’est le point à privilégier si vous envisagez de faire un ourlet. Vous pouvez marquer ce point de façon volontaire ou avec une bouclette en extérieur afin de faciliter son repérage et son coupage rapidement, une fois l’ouvrage terminé.

Le point arrière

D’une manière simple, le point arrière est le contraire du point avant. Autrement dit, le point arrière est employé lorsque le textile est entrainé vers la couturière. Il n’est pas très courant de faire de grandes lignes dans ce genre positionnement. Il est d’usage donc de garder un petit bobineau durant la réalisation de l’ouvrage en arrière. Certains modèles de machines à coudre sont pourvus d’une marche arrière mécanique en vue de faciliter son usage.

Le point avant

Le point en avant est le fait de s’habituer à coudre en suivant le sens naturel de manipulation de la machine à coudre. Ce point est utilisé lorsque le textile s’éloigne de la couturière. La grande majorité des machines à coudre d’aujourd’hui permettent de contrôler la longueur du point en fonction de votre position. 

Le point de bâti

D’une manière générale, le point de bâti est en quelques sortes, une activité de précouture à réaliser avant d’exécuter les points délicats. Il s’agit plus précisément d’une méthode par laquelle vous effectuez des points manuellement et que ces derniers seront retirés par la suite. Le point de bâti sert uniquement à tracer les épingles ou les coutures.

Le point invisible

Ce type de point est utilisé pour refermer une couture en toute discrétion. Vous pouvez le faire manuellement ou à la machine. Alors, si vous souhaitez assembler des tissus délicats et fins (à l’exemple de la soie), il est indiqué d’utiliser ce type de point de couture. Ce point est par exemple le plus utilisé pour tirer sur un matériau souple en élastique.

Le point droit

Ce point fonctionne généralement de la manière suivante : la ficelle du dessus qui traverse le textile forme un nœud avec la cordelette de la cannette avant de revenir sur la position de départ. Le plus souvent, le point droit est utilisé pour unifier deux tissus. Dans certains cas, il peut être employé à titre de décoration surtout dans le cas de la surpiqure d’un ouvrage par exemple.

Le point zigzag

Vous pouvez utiliser ce point pour passer une ficelle sur le bord d’un tissu. Le point zigzag est idéal pour éviter l’effilochage du tissu sur la bordure avant d’assembler les textiles. Ce point peut être également utilisé pour réaliser un ourlet ou pour effectuer une boutonnière à la main. Utilisez le point zigzag si vous désirez coudre des étoffes sensibles. La plupart des appareils d’aujourd’hui vous proposent deux différentes sortes de point zigzag : ce sont le triple point zigzag et le zigzag resserré qui est appelé aussi le point zigzag plumetis.

Découvrez également l’ensemble de nos conseils couture.